in

Microsoft accuse Sony de mentir à l’UE sur l’accord Call of Duty

Sony asegura que la compra de Activision es una amenaza para la industria

Il y a quelques jours, des rumeurs ont circulé selon lesquelles le PDG de Sony, Jim Ryan, aurait rencontré la responsable antitrust de l’Union européenne, Margrethe Vestager. Mais il ne s’agissait pas de rumeurs, puisque le responsable de la communication de Microsoft a confirmé la nouvelle et a accusé Sony de mentir à l’UE au sujet des accords Call of Duty et PlayStation.

Dans un fil Twitter posté hier par Frank Shaw, le responsable de la communication de Microsoft, il s’est emparé de la question et a laissé entendre que Sony mentait au sujet de ses réunions à Bruxelles. Jim Ryan aurait déclaré que l’accord visant à autoriser la franchise Call of Duty pendant 10 ans sur les consoles PlayStation n’est pas un projet que Microsoft poursuivra. C’est totalement faux, car il s’agit d’une concession soumise à divers régulateurs et, principalement, à Sony.

Sony cherche à empêcher le rachat d’Activision par des mensonges et des coups de pied dans les dents.

Pour rappel, Sony est la société extérieure au rachat qui a le plus tenté de tout bloquer, des réunions avec les régulateurs européens aux déclarations visant à conditionner directement le rachat. Bien que le départ de l’une des plus grandes franchises de l’industrie de leurs consoles leur inspire une crainte importante et reconnaissable, ils laissent entendre qu’il s’agit d’un accord qui est en fait dans leur intérêt et qui leur fera du tort.

Ainsi, face aux prétendues discussions et mensonges de Jim Ryan à Bruxelles, le responsable de la communication de Microsoft a fait la déclaration suivante :

J’ai entendu dire que Sony informe les gens à Bruxelles que Microsoft n’est pas prêt à leur offrir la parité Call of Duty si nous acquérons Activision. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Nous avons clairement indiqué que nous avons proposé à Sony un contrat de 10 ans pour leur donner une parité en termes de temps, de contenu, de fonctionnalités, de qualité, de gameplay et de tout autre aspect du jeu. Nous avons également déclaré que nous étions heureux de faire respecter ces dispositions par le biais de contrats, d’accords réglementaires ou d’autres moyens.

Sony est le leader du marché des consoles et il serait illogique, d’un point de vue commercial, d’exclure les joueurs PlayStation de l’écosystème Call of Duty.

Notre objectif est d’apporter Call of Duty et d’autres jeux, comme nous l’avons fait avec Minecraft, à un plus grand nombre de personnes dans le monde entier afin qu’elles puissent jouer où et comme elles le souhaitent.

La stratégie n’est pas seulement d’apporter comme mesure placebo le jeu sur PlayStation, mais d’étendre réellement sa portée et de fournir des jeux comme celui-ci à tous les concurrents. Que ce soit avec Nintendo ou dans le domaine du cloud gaming, Microsoft semble être prêt à étendre son marché pour contrôler une propriété intellectuelle et tous les revenus qu’elle en tirera à l’avenir.

A lire également  Comment vaincre Kiana facilement dans Prince of Persia : The Lost Crown

Et tandis que cette discussion se poursuit avec les régulateurs de l’UE, Microsoft prépare ses arguments contre les régulateurs de la FTC. Il y a quelques jours, nous avons également appris que Sony avait été appelé par Xbox à témoigner pour que l’achat soit approuvé. En réponse à cet appel, Sony demande toujours un report de sa réponse, qui est maintenant attendue pour le 1er février.