in

le dissipateur thermique à métal liquide perd face à Noctua

le dissipateur thermique à métal liquide perd face à Noctua

Lorsque nous assemblons un PC en plusieurs parties, il est essentiel de choisir les composants qui correspondent à nos besoins et à notre budget. Bien que cela puisse paraître simple, nous pouvons finir par commettre des erreurs comme acheter un processeur très puissant mais, par manque d’argent, ne pas y installer un dissipateur thermique approprié. Nous ne connaissions pas l’existence du refroidisseur de processeur le plus “dangereux” créé en 2010 et appelé Danamics LMX, qui a été testé contre un refroidisseur Noctua actuel et ne s’est pas très bien terminé comme nous le verrons plus tard.

Choisir un bon dissipateur thermique est aussi important que n’importe quelle autre partie de notre ordinateur. Imaginez que vous achetez un processeur Core i9 ou Ryzen 9 et que vous finissiez par utiliser le dissipateur thermique d’origine (au moins chez AMD) ou l’un des moins chers. Il existe peut-être des dissipateurs thermiques de 15 à 20 euros qui semblent corrects, mais dans de nombreux cas, ils sont insuffisants pour des processeurs de cette gamme. Au final c’est comme tout le reste et essayer de refroidir un Ryzen 5 ou un Intel i5 n’est pas la même chose qu’autre chose.

Le refroidisseur d’air le plus “dangereux” face au Noctua NH-U12A, lequel refroidira le plus ?

Lors du choix d’un dissipateur thermique, nous pouvons choisir ceux qui sont à air ou à eau. Le refroidissement liquide est généralement toujours fourni sous forme d’AIO pré-assemblé, bien que nous ayons la possibilité de créer un refroidissement liquide personnalisé en échange de payer beaucoup plus d’argent. En revanche, les refroidisseurs d’air sont assez abordables et si nous en avons un haut de gamme, il n’a rien à envier à la plupart des AIO liquides. Quant aux dissipateurs d’air, il y a eu de nombreux modèles différents et, au cours de l’histoire, des expériences assez étranges.

A lire également  Le Snapdragon 8cx Gen 4 arriverait pour concurrencer l'Apple M

Considéré comme le refroidisseur d’air le plus dangereux jamais créé, le Danamics LMX 2010 était une tentative d’améliorer les performances des caloducs traditionnels. Ce curieux dissipateur utilisait des caloducs remplis de métal liquide, mais au lieu d’être du gallium ou de l’indium comme c’est généralement le cas, il s’agit ici d’un mélange de sodium et de potassium. Ce sont deux métaux alcalins très réactifs, mais leur combinaison permet une conductivité thermique 30 fois supérieure à celle de l’eau.

Le Noctua NH-U12A est 6 degrés plus froid que le Danamics LMX

Ce dissipateur thermique n’est pas dans le meilleur état comme on peut le voir dans la vidéo, mais il nous aide à voir son design. Il utilise une pompe électromagnétique en néodyme montée sur le dessus, car elle est nécessaire pour faire fonctionner l’ensemble du mécanisme. Cela peut sembler quelque chose de très innovant et doté d’une grande conductivité thermique, mais en pratique, il a perdu face à un Noctua NH-U12A.

Alors que dans les tests de jeux, les résultats varient constamment, dans d’autres benchmarks synthétiques, on peut se faire une idée des différences de dissipation. Le i9-12900KS dans Cinebench avec un Noctua NH-U12A atteint 88 degrés, alors que si on va au Danamics LMX, on a 94 degrés. Cette différence de 6 degrés est encore plus grande si l’on regarde les températures des noyaux individuels.

A lire également  Téléchargez gratuitement Train Valley 2 depuis l'Epic Games Store

Par exemple, le P-Core 3 avec le refroidisseur d’air le plus dangereux atteint 93 degrés et avec le Noctua il reste à 85 degrés. Étant donné que ce dissipateur thermique n’est pas le meilleur de la société bien connue, cela nous montre largement que l’expérience Danamics LMX n’était pas si impressionnante. En fait, l’entreprise elle-même est entrée en liquidation la même année, 2010, il ne reste donc que quelques prototypes et unités limitées.