in

Une Nintendo Switch est piratée pour exécuter Windows 11 sur Arm

Une Nintendo Switch est piratée pour exécuter Windows 11 sur Arm

Pour jouer à des jeux vidéo, nous devons choisir entre une console ou un PC, ce dernier étant celui qui nous offre le plus d'options pour jouer à des jeux vidéo sur d'autres consoles. Si nous construisons un ordinateur suffisamment puissant, nous pouvons émuler des jeux de différentes consoles, mais les consoles émulant un PC sont beaucoup plus compliquées. Cette fois, nous avons un de ces moments où ils ont réussi à pirater une Nintendo Switch pour pouvoir utiliser Windows 11 en utilisant le Arm SoC de Nintendo, mais malheureusement, les résultats laissent beaucoup à désirer.

Nintendo s'est toujours caractérisé en proposant à ses joueurs des centaines ou des milliers de jeux de toutes sortes, aussi bien issus des principales franchises comme Mario, Zelda ou Metroid, que bien d'autres exclusifs. Cela lui a permis de se différencier d'autres comme Sony avec PlayStation et Microsoft avec Xbox, puisque dans ces cas nous n'avons pratiquement pas de jeux exclusifs, du moins dans la génération actuelle. De l'autre côté, nous trouvons le PC, qui peut jouer à des jeux vidéo depuis presque n'importe quelle console, en disposant de ports directs ou par émulation.

Ils parviennent à pirater une Nintendo Switch pour qu'elle puisse exécuter Windows 11 sur Arm, mais le manque de puissance est perceptible

Des consoles comme Steam Deck nous ont permis de jouer à des jeux vidéo Windows malgré l'utilisation d'un système d'exploitation basé sur Linux appelé SteamOS. En effet, Valve a décidé d'utiliser la couche de compatibilité Proton pour rendre ces jeux compatibles et avoir des performances comparables à celles de Windows, voire meilleures. Nous parlons d'une console portable qui, même si elle n'est pas la plus puissante du marché, dispose de 1,6 TFLOP, pratiquement 4 fois plus qu'une Nintendo Switch en mode portable, en plus d'un matériel plus moderne.

Imaginez alors mettre Windows 11 sur une Nintendo Switch, car c'est précisément ce que PatRyk a réussi à faire en réduisant le système d'exploitation. Pour installer Windows 11 sur la Switch piratée, il lui a fallu attendre pas moins de 3 heures. Si nous voyons les articles sous le principal, nous pouvons voir à quel point le Switch se porte mal avec Windows 11, car pour faire même les choses de base, nous devons attendre longtemps.

A lire également  Refroidisseur de CPU double tour haut de gamme

Le Switch fonctionne très bien sous Linux, réussissant même à jouer en 4K et 60 FPS, rien de comparable à Windows

Malgré ses mauvaises performances, l'utilisateur a décidé d'essayer un jeu très basique comme Peggle sur Steam de la Nintendo Switch. Il s'agit d'un jeu de 2007 qui nécessite un processeur de 500 MHz, 256 Mo de RAM et DirectX 7.0, afin que les ordinateurs d'il y a plus de 20 ans puissent y jouer sans problème. Cependant, si l’on regarde les performances sur la Switch, on constate qu’elle est assez lente et n’atteint même pas les 30 FPS stables.

De l’autre côté de la médaille, on a les performances de la Nintendo Switch sous Linux, qui sont phénoménales par rapport à Windows. Nous pouvons voir comment il parvient à faire tourner des jeux comme OpenLara en 1080p et 240 FPS et Crispy Doom en atteignant environ 180 FPS. De plus, la Switch peut émuler des jeux plus modernes comme Wind Waker de GameCube, qui fonctionne à environ 25 FPS en 1440p et en résolution native 4x, pas mal. En fait, il est même capable de jouer à des jeux 4K et 60 FPS, dont World of Warcraft : Cataclysm.