in

L’importance du son dans les jeux vidéo d’horreur

L'importance du son dans les jeux vidéo d'horreur

La musique considérée comme un art, une science et un langage universel est un moyen d’expression sans limite qui atteint la partie la plus intime de chaque personne. et est présent dans chaque jour de notre vie. Il peut transmettre différentes humeurs et émotions par le biais de symboles auditifs et d’images, ce qui libère la fonction auditive émotionnelle, affective et intellectuelle.

De même, elle nous permet d’exprimer des peurs, des joies et des sentiments profonds de toutes sortes. C’est un art qui communique, divertit et crée une ambiance, entre autres fonctions, et c’est pour tout cela, ainsi que pour d’autres facteurs, que l’image et la musique se sont rencontrées, générant ainsi des pièces improvisées et des rythmes établis. Mais c’est alors qu’est née l’idée que la musique devait avoir un objectif clair. Il a donc été décidé que la musique devait avoir un but expressif et que les mélodies devaient être créées pour accompagner des images spécifiques.

En d’autres termes, une bande sonore a la capacité de renforcer, par ses effets, les intentions de chaque séquence, que ce soit par des orchestrations, par des rythmes différents ou même par l’utilisation de silences. C’est la clé d’une symbiose efficace, et même les jeux vidéo n’échappent pas à cette maxime, surtout ceux liés à l’horreur.

La vibration émotionnelle du son

La peur : quelqu’un peut-il dire qu’il n’a jamais ressenti la peur ? C’est une émotion qui nous envahit dans toutes les circonstances de la vie quotidienne et ce n’est pas une mauvaise chose, c’est normal. Après tout, tout peut faire peur à une certaine personne et il peut s’agir d’une peur réelle, face à un danger réel et qui a une valeur adaptative ou d’une peur irréelle si elle a une origine imaginaire, déformée et catastrophique.

Dans ce dernier cas, il est courant que, face à une scène d’horreur, de nombreuses personnes aient tendance à se boucher les yeux plutôt que les oreilles. Ce que beaucoup oublient, c’est que la musique est fondamentale pour rendre cette scène encore plus terrifiante qu’elle ne le serait sans une bande sonore d’accompagnement. C’est bien plus qu’un mélange d’improvisation, d’intuition, de talent débridé et d’insouciance. Il est un outil fondamental de la grammairequi a non seulement la capacité profonde de hanter, de surprendre et de terrifier (une qualité primordiale qui atteint le plus profond de nous), mais aussi la continuité narrative et la représentation.

Dans le contexte des jeux vidéo, nous sommes confrontés à des produits audiovisuels qui soulignent et réitèrent des émotions négatives (surtout la peur, bien que celle-ci puisse être accompagnée de colère, de tristesse, de passivité, de surprise…) La relation de la musique avec le mal dans les jeux vidéo n’est ni nouvelle ni récente, c’est quelque chose qui existe dans la danse depuis de nombreuses années. Quelque chose qui se base sur sa capacité à créer la disharmonie et son pouvoir d’encourager les passions basses à travers les sons.

Le son de la peur

Par exemple, dans des sagas telles que Silent Hill ou Resident Evil, leurs compositeurs ont toujours ressenti le besoin de mettre l’accent sur le joueur et de l’amener à… la compréhension des intentions des personnagesen utilisant, en premier lieu, la hauteur du son. À cet égard, comme une ressource dans la définition sonore du degré d’irréalité et de transgression des limites dans les différentes situations auxquelles ils sont confrontés. L’intensité du son joue également un rôle important, tant dans la réaction du personnage que dans celle du joueur lui-même.

Au fond, les sons forts, la musique et les voix nous choquent, nous étourdissent et nous effraient lorsque nous sommes aux commandes. Et il va de soi que plus la menace qui se cache à chaque coin de rue est puissante, plus les sons qu’elle peut émettre ou provoquer sont forts. En ce sens, certaines situations perturbantes sont provoquées par des changements soudains d’intensité, provoquant une forte surprise, ainsi que par des voix chuchotantes, placées à proximité du personnage et qui nous obligent à nous en approcher d’une manière qui nous rend craintifs car nous ne pouvons l’éviter.

Il est clair que l’intention de déranger s’est concrétisée de très nombreuses façons. Cependant, l’absence de son a également réussi à être une représentation claire de la rupture des stéréotypes dans les jeux vidéo.transformant les moments de silence absolu en quelque chose de terrifiant. Cependant, l’absence de bruit transforme le silence de mort en une sorte de motif pour provoquer la nervosité du joueur, un outil pour construire la tension, quelque chose qui a été utilisé dans le cinéma depuis longtemps.

Des sons de terreur et de désespoir

En résumé, nous pouvons dire que le son dans les jeux vidéo d’horreur constitue un faisceau complexe d’informations et son décodage dans le cerveau humain, dans un sens métaphorique, va au-delà de l’objectif du compositeur. C’est la chose la plus proche d’un esprit responsable des gémissements et des grincements de la maison la nuit. Et parce qu’un couple d’accords peut symboliser le monstre plus précisément que n’importe quelle image faite de textures et de polygones.