in

Les États-Unis réduisent les exportations de graphiques d’IA vers la Chine et la Russie

Les États-Unis réduisent les exportations de graphiques d'IA vers la Chine et la Russie

Les États-Unis veulent arrêter la poussée de la Chine et achever la Russie. Les restrictions qu’elle impose à sa technologie sont impressionnantes et nous les avons vues, mais un nouveau tour de vis va affecter plus ou moins fortement la progression de ces deux pays, car ni Intel, ni AMD, ni NVIDIA ne pourront vendre de cartes graphiques AI ou DL en Chine ou en Russie.

Hier encore, NVIDIA a annoncé que ses bureaux avaient reçu une notification officielle du gouvernement américain concernant une nouvelle exigence de licence visant les cartes graphiques, mais pas toutes. Curieusement, au même moment, AMD a fait de même, informant ses clients en Russie et en Chine de la nouvelle, tandis qu’Intel semble étudier le document et ne l’a pas commenté.

Les conséquences que les États-Unis recherchent en opposant leur veto aux GPU et DL de l’IA à la Chine et à la Russie.

La précision avec laquelle les États-Unis prennent le problème de la Russie et la poussée de la Chine indique que le jeu ne fait que commencer. La loi CHIPS a créé un précédent et il est maintenant temps de protéger l’investissement qui sera réalisé dans tous les domaines et, surtout, avec des contrats signés non seulement sur le sol américain, mais aussi sur le sol taïwanais.

Une approche beaucoup plus agressive était donc nécessaire, et curieusement similaire à celle de Trump, que celle adoptée par l’administration Biden avec les trois grandes marques de conception de puces. Il y a d’abord eu le blocage des logiciels de création et de conception de plaquettes et, plus généralement, des puces qui pourraient être créées sur le sol chinois ou russe.

Le ministère du commerce explique brièvement son approche de ce qui se passe et se passera au cours de la semaine prochaine :

“Bien que nous ne soyons pas en mesure de présenter des changements de politique spécifiques à l’heure actuelle, nous adoptons une approche globale pour mettre en œuvre les mesures supplémentaires nécessaires liées aux technologies, aux utilisations finales et aux utilisateurs finaux afin de protéger les intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis. Il s’agit notamment d’empêcher la Chine d’acquérir et d’utiliser la technologie américaine dans le cadre de son programme de fusion militaro-civile pour poursuivre ses efforts de modernisation militaire, commettre des violations des droits de l’homme et permettre d’autres activités malveillantes.”

Très politiquement correct sans doute, mais qu’est-ce que cela implique réellement ? Ce qu’il tente de faire, c’est d’opposer un veto abrupt à la capacité de créer et de concevoir des systèmes, des superordinateurs et des fermes de serveurs axés sur l’IA et le Deep Learning. L’ensemble du marché s’y dirige en raison de ses avantages évidents pour la conception de stratégies, l’analyse de données, les environnements de travail virtuels et les nouveaux systèmes d’armes.

Par conséquent, et compte tenu de l’excuse utilisée par le gouvernement américain, nous comprenons qu’il souhaite tuer dans l’œuf le développement de flottes d’avions, de navires et de porte-avions de sixième génération ainsi que d’armes de différents types. En outre, la future structure économique et ses prédictions algorithmiques sont tuées dans l’œuf, de même que les progrès de la médecine et d’autres secteurs technologiques.

Aucune puce ou architecture particulière n’est verrouillée, l’accent est mis sur les performances.

Nvidia A100 PCIe Liquid (2)

C’est ce qui est amusant, car il n’y a pas de modèle de carte graphique spécifique dans le bloc, tout va être basé sur des seuils de performance prenant comme base, apparemment, l’actuelle NVIDIA A100. Cela affectera donc également le H100 et, bien sûr, les options concurrentes comme le MI200 d’AMD ou le nouveau Ponte Vecchio d’Intel.

On estime donc que l’impact économique sur les entreprises susmentionnées, déjà malmenées, sera assez considérable, le marché chinois étant actuellement le plus grand consommateur de ce type de produit spécifique. En particulier, NVIDIA risquerait de perdre 400 millions de chiffre d’affaires trimestriel.

La seule solution serait que le gouvernement accorde des licences spécifiques aux clients russes et chinois en leur faisant signer des clauses avec des restrictions commerciales pour empêcher la revente ou le transfert du matériel à des tiers, qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers.

Il est entendu que ces clients ne seraient pas situés en Chine ou en Russie, mais en dehors de ces pays, d’où le blocage des conditions de vente, car alors on entrerait même dans les marchés noirs du matériel. Pour ne pas perdre de clients, NVIDIA a donc été obligé de s’employer à détourner les achats de ses clients en Chine vers des produits alternatifs pour pallier le déficit que va connaître le pays asiatique, en recherchant des licences pour ces derniers.

AMD, pour sa part, affirme que le manque à gagner ne se fera pas sentir, car elle vend beaucoup moins de puces à la Chine pour l’IA. Intel n’a fait aucune déclaration à ce stade, mais c’est un marché qu’il avait l’intention d’exploiter avec Ponte Vecchio, il est donc un peu choquant que ses cartes graphiques n’aient pas encore été officiellement dévoilées.