in

Un travailleur accuse Nintendo de l’avoir licencié pour s’être exprimé.

Un travailleur accuse Nintendo de l'avoir licencié pour s'être exprimé.

Nintendo et Aston Carter sont accusés de prendre des mesures coercitives contre les employés qui s’expriment en faveur de la syndicalisation.

15/08/2022 15:15

Nintendo est l’une des plus grandes franchises du monde entier.. Originaire du Japon, elle est impliquée dans la recherche et le développement de logiciels et de matériels de jeux vidéo depuis des décennies. Elle possède également certaines des consoles les plus influentes de l’industrie du jeu vidéo et certains des titres les plus connus et les plus importants au niveau international.

Bien entendu, étant l’une des entreprises les plus riches et les plus valorisées sur le marché, elle a été créditée par le passé de l’une des politiques de “responsabilité sociale” les plus réputées. Toutefois, pour l’instant, les choses ne semblent pas aller si bien pour l’entreprise à cet égard.

Une plainte de plus pour Nintendo

Après avoir reçu un certain nombre de récompenses et de distinctions pour ses réalisations et ses bonnes pratiques, elle a récemment une plainte a été déposée auprès du National Labor Relations Board contre Nintendo et l’agence de recrutement Aston Carter..

Malheureusement, ce n’est pas la première plainte déposée, puisque plus tôt cette année, quelqu’un d’autre avait accusé l’éditeur de Mario d’interférer dans les “activités concertées” des travailleurs, y compris d’éventuelles représailles. Mais cette plainte était connue après que des dizaines d’anciens employés et d’employés actuels aient accusé Nintendo of America de les maintenir dans des conditions de travail abusives.

Selon Axios, la plainte a été déposée le 7 août contre Nintendo et Aston Carter en tant qu’employeurs conjoints.. Les principaux points de cette plainte sont les “activités concertées (représailles, licenciement, discipline)” et les “règles coercitives”. Bien qu’ils ne soient pas exacts, ils se rapportent à la section 7 et à la section 8(a)(1) du National Labor Relations Act. À cet égard, la première partie garantit le droit des travailleurs de former un syndicat ou de s’auto-organiser pour “l’aide et la protection mutuelles”. Et la deuxième partie interdit aux entreprises “d’interférer avec, de restreindre ou de contraindre les employés” à exercer leurs droits.

En d’autres termes, la société est accusée d’avoir licencié un employé pour s’être exprimé sur les conditions de travail et d’avoir interdit aux employés de discuter des salaires, des horaires et d’autres sujets. et “autres conditions d’emploi”.

Vous trouverez ci-dessous le texte intégral de la plainte :

8(a)(1) Au cours des six mois précédents, l’employeur a licencié un ou plusieurs employés parce que le ou les employés ont participé à une activité concertée protégée, notamment en protestant contre les conditions d’emploi, et dans le but de décourager les employés de participer à une activité concertée protégée.

8(a)(1) Au cours des six derniers mois, l’employeur a entravé, restreint et contraint ses employés dans l’exercice des droits protégés par l’article 7 de la Loi en maintenant des règles de travail qui interdisent aux employés de discuter des salaires, des heures ou d’autres conditions d’emploi.

Il y avait déjà d’autres plaintes pour Nintendo et Aston Carter.

Comme vous l’avez lu ci-dessus, les employeurs ont été accusés de violations du droit du travail en avril. Les allégations publiques font état de coercition, de surveillance et, encore une fois, de représailles. Quatre personnes liées ont expliqué à Kotaku que cet incident avait pour origine la question d’un employé sur les syndicats lors d’une réunion, mais qu’il avait ensuite été licencié au motif qu’il avait violé son NDA.

À l’époque, Nintendo avait expliqué dans un communiqué qu’il n’y avait jamais eu de “tentatives de syndicalisation ou d’activités connexes”, et que la raison de son licenciement avait été de révéler des informations confidentielles, entre autres.

Mais, suite à cela, plusieurs témoignages ont circulé sur les médias sociaux, affirmant être d’anciens employés de Nintendo of America. Ils ont confirmé l’environnement problématique de l’entreprise et d’autres conditions défavorables. En fait, des dizaines d’entre eux ont expliqué à Kotaku que Nintendo of America traitait ses travailleurs de manière injuste, qu’ils avaient des salaires bas, des mois sans travail et des soins de santé médiocres, et que les représentants du service clientèle n’avaient pas le droit de participer aux grands événements de l’entreprise ni même de se promener dans certains couloirs du siège.

Jusqu’à maintenant, Nintendo et Astor Carter n’ont pas partagé de rapports sur la dernière accusation.. Ce n’est qu’en avril que Doug Bowser, président de Nintendo of America, a publié un message interne pour informer les employés qu’ils s’occupaient déjà du problème et qu’ils ne permettraient pas que cela continue, dans le cadre d’une politique de tolérance zéro envers la discrimination, l’intimidation et le harcèlement. Mais deux employés actuels ont affirmé que rien ou presque n’avait changé depuis lors.

Nous devrons attendre de voir quelle sera la prochaine étape des multiples accusations portées contre Nintendo, dont beaucoup remontent à plusieurs années. De son côté, Reggie Fils-Aime, l’ancien président de Nintendo, a fait valoir dans une interview en mai qu’en 2019, l’entreprise n’était pas dans cet état. Mais un fait est que les entreprises devraient permettre à leurs employés de former leurs propres syndicats qui soutiennent leurs droits.